Violences conjugales, le cercle infernal

Lundi 5 août 2019 : 84 féminicides depuis le 1er janvier 2019.


J'ai écrit le texte suivant le 6 juillet 2019, il y avait alors 74 femmes tuées sous les coups de leur conjoint ou ex conjoint depuis le 1er janvier 2019.

Comme on se rend difficilement compte, ça fait deux a trois décès par semaine a cause d'un homme qu'une femme a aimé en France.

Cette fin tragique est le final désastreux d'une boucle de violence qui commence trop souvent de la même façon : -La femme tombe sous le charme d'un homme souvent, la femme est empathique, vulnérable du à un ou plusieurs évènements de vie ; alors que l'homme trouve une chose, un objet qu'il peut dominer - puis doucement, la femme reçoit des petites phrases, des mots qui font mal, parce que c'est jamais comme l'homme ne veut ; l'homme déstabilise son objet, montre sa dominance psychologique ce qui rend la femme plus faible. Elle va tout faire pour retrouver de l'estime auprès de l'homme, et être aimer selon l'image de l'homme. Mais l'image que veut l'homme est tout simplement impossible à atteindre : un jour il veut blanc,le lendemain il veut rose et un autre jour ce sera bleu, juste pour continuer à dévaloriser la femme. -en public, la femme tente de montrer son plus beau sourire ; l'homme vente les mérites de son objet qu'il réussi a dominer La femme devient un bel objet que l'homme exhibe en public -la femme s'isole, perd ses amis, puis sa famille, puis ses relations sociales car aucune personne n'est aussi bien que l'homme et ne vaut grâce aux yeux de l'homme. En effet, les personnes doivent à être mis à l'écart pour que l'homme puisse conserver la femme qui est son objet actuel -la femme perd la gérance de sa vie ; l'homme domine la psychologiquement et aussi financièrement, comme ça son objet reste a lui, elle ne peut plus quitter l'homme et reprendre une forme d'indépendance ; Après l'emprise psychologique, la femme tombe sous l'emprise financière -la femme rentre en hypervigilance, elle se relâche quand elle est seule chez elle, mais à la manière dont l'homme arrive chez lui le soir, la vitesse de sa voiture, le bruit de son pas quand il marche, la façon dont il ouvre et ferme la porte... permet a la femme de savoir si la soirée sera détendue ou si elle devient un objet à casser, alors sa soirée sera horrible : brimades, mots discriminants, gestes déplacés, voire insultes, coups -en effet, la violence est psychologique et devient physique mais toujours sur les parties du corps qui ne se voient pas, sauf dans le moments de déferlement de violence et que les coups arrivent au visage -la femme va chercher à se rebeller, a partir, car elle se rend compte que ce qu'elle vit n'est pas normal, -si elle part, l'homme fera tout pour récupéré son objet : il pourra lui envoyer le plus gros bouquet de fleurs du fleuriste, lui envoyer des cadeaux tous les jours, dépenser de l'argent, montrer qu'elle existe enfin et que lui, il a changé. l'homme fera tout ce qui existe sur terre pour récupérer son objet par n'importe quel moyen -la femme veut donner une nouvelle chance a ce débordement d'amour, elle est enfin aimé, elle existe enfin pour quelqu'un qui lui montre enfin qu'elle est aimé, elle revient vers l'homme -au bout d'un moment, au retour du domicile conjugal, la boucle désastreuse se remet en place avec une escalade de violence -la femme se rend compte de son erreur, mais la dominance psychologique est tellement forte qu'elle se soumet et reste pour vivre le peu de moments heureux et souffrir les jours malheureux, elle se montre forte, souvent pour les enfants


Souvent, dans ces cas, l'homme est un pervers narcissique. Il existe aussi les psychopathes, ce sont les hommes qui vont plus loin, qui vont jusqu'à détruire leur objet si cet objet veut partir ou ne se comporte pas comme l'objet que l'homme veut que l'objet soit. Le psychopathe va suivre son objet partout, , dans les magasins, sur son lieu de travail et si l'objet fait un geste, un comportement qui est naturel pour la personne mais qui n'est pas bien vu par le psychopathe, le passage à l'acte n'est jamais très loin et les coups, les insultes, les brimades pleuvent, jusqu'à ce que l'objet redevienne un bon objet qui est cassé et recollé ou bien, que l'objet meurt.

Un homme n'a pas le droit de poursuivre une femme sur la route a plus de 150 km/h en essayant de lui rentrer dedans, un homme n'a pas venir sur le lieu de travail de la femme en la menaçant de mort, un homme n'a pas le droit d'insulter une femme et doit le respect a tout autre être humain... Le problème est que le pervers narcissique ou le psychopathe n'a pas la même vision car il ne fonctionne pas comme tout le monde, il ne voit pas la personne en face comme un humain mais comme un objet et cherche a l'avoir et le garder pour soi


La femme peut s'en sortir, mais comme l'homme fait tout pour lui faire croire le contraire, pour elle c'est impossible. Il existe des associations, il existe une personne de l'entourage qui sera toujours là mais souvent, la femme n'y pense pas car l'homme lui a enlever la capacité de penser correctement. Il arrive que la gendarmerie comprennent difficilement la situation tout de suite, surtout quand la femme est détruite intérieurement et qu'elle fait face à un homme en uniforme alors qu'elle est détruite a cause d'un homme. De plus, elle a tellement l'habitude de cacher son calvaire, de le taire car peu de gens vont dire "non, c'est pas vrai, elle est tellement forte, ça ne lui est pas arrivé" qu'il est parfois compliqué de faire confiance au monde extérieur que le pervers dépeint comme dangereux


#84 #plusjamaisca #prendreconscience #sebattre #violenceordinaire #violenceconjugale

  • Instagram
  • Facebook Social Icône

SIRET : 843 298 639 000 17 / N° ADELI : 04 93 0268 0

Profession réglementée

©2018 by Véronique Stilgenbauer - psychologue